GEDEON – Bilan des activités 2002

 

 

______________

 

 

 


 

 

Compte rendu d’activité générale du GDR GEDEON en 2002

 

 

 

Faits marquants

 

 

1° - Décision d’évolution de GEDEON à GEDEPEON.

2° - Audition du GDR GEDEON par la CNE.

3° - Expressions d’intérêt pour le 6ème PCRD.

4° - Les 3 Ateliers GEDEON.

 

 

 

 

 

Point 1 – Décision d’évolution de GEDEON à GEDEPEON

 

 

La décision d’évolution du GDR GEDEON – (Gestion des DEchets par des Options Nouvelles) en GEDEPEON (Gestion des DEchets et de la Production d’Énergie par des Options Nouvelles). Elle traduit la prise en compte explicite de la problématique de la production d’énergie par des options nouvelles, et traduit la volonté d’élargir le champ des recherches du GDR aux systèmes nucléaires du futur.

 


Point 2 - Audition du GDR GEDEON par la CNE

 

1 - Le fonctionnement de GEDEON (J.-M. Loiseaux).

 

2 - Bilan scientifique.

·         Le bilan des recherches sur l’ADS (J.-M. Loiseaux).

·         Bilan scientifique sur la transmutation (M. Delpech).

·         Bilan des ateliers (M. Delpech).

·        Discussion.

 

3 - Travaux significatifs.

·         Accélérateur IPHI (Ph. Beauvais, A. Müller).

·         Cible de spallation Mégapie (G. Laffont et T. Kirchner).

·         Scénarios (S. David et F. Varaine).

 

4 - Intégration des travaux du GDR (C. Garzenne –EDF).

5 - Intégration des travaux du GDR ( C. Courtois – CEA).

6 - Discussion.

 

Résumé sur l’audition CNE.

 

Sur la recherche proprement ADS.

 

Transmutation – Scénarios et options innovantes.


 

Point 3 - Expressions d’intérêt pour le 6ème PCRD

 

 

Une réunion « Atelier » en septembre a permis de constater la convergence des EOI au niveau français.

 

 

 

 

Point 4 – Ateliers GEDEON

 

 

En 2003, GEDEON a organisé 3 ateliers.

 

1 - Atelier sur les réacteurs à sels fondus et sur la pyrochimie, organisé conjointement avec PRACTIS à Cadarache 19 et 20 juin 2002.

 

Cet atelier a eu pour objet de spécifier les besoins, les possibilités des unités expérimentales déjà opérationnelles, celles qui peuvent faire l’objet de démonstration et celles qui sont à développer. Les points suivants ont été traités :

·         Identifier les besoins du cycle du combustible : soit à partir des combustibles solides ou combustibles mobiles pour les réacteurs à neutrons thermiques ou épi thermiques (sels fondus), soit pour les options de retraitement en ligne pour les réacteurs à sels fondus.

·         Etablir l’état de l’art sur la pyrochimie appliquée aux combustibles solides et les travaux de recherches en cours.

·         Etablir l’état de l’art sur les combustibles mobiles sels fondus et les travaux de recherches en cours.

·         Evaluer les programmes de recherches à mettre en place concernant la pyrochimie, les sels fondus et donner les voies innovantes à explorer.

 

Dans les études concernant les réacteurs du futur, et notamment des réacteurs à sels fondus, il apparaît essentiel d’intégrer les contraintes du cycle du combustible. En effet, il est nécessaire de recycler le combustible pour assurer l’utilisation optimale des ressources et optimiser la gestion des déchets basée sur plusieurs options de réacteurs (spectre neutronique, combustible). L’atelier a mis en évidence la bonne synergie et les perspectives des sels fondus dans le nucléaire, l’ampleur du problème associé au retraitement des combustibles (solide ou liquide). En détail, le contrôle de la chimie du sel est un point clef (contrôle REDOX) de la stabilité des sels. L’expérience sur les sels fluorures est importante mais la connaissance exploitable aujourd’hui est faible.

 

 


 

 

2 - Journées pour préparer les contributions françaises aux projets du 6ème PCRD à Paris les 19 et 20 septembre 2002.

 

Cette réunion est une réunion d’information entre organismes sur leurs participations respectives aux expressions d’intérêt émises vers la commission européenne pour les projets du 6ème PCRD dans les domaines de la transmutation et des systèmes du futur. Elle a pour objectif de rendre cohérentes les propositions et les positions des organismes français mais n’est pas une réunion décisionnelle sur les responsabilités de chacun des laboratoires.

Dans le domaine des systèmes du futur, les quatre organismes sont d’accord pour soutenir de manière cohérente 5 propositions de participation cohérente :

·         Une proposition sur les HTR (RCG-Thermique).

·         Une proposition commune sur les RSF,dans une version de référence  Th-U233  incluant si possible la consommation du Pu sur matrice thorium en REP, permettant le démarrage d’un cycle thorium en RSF.

·         Une proposition sur les RCG-Rapide, à caloporteur He, à haute température.

·         Une proposition hors EURATOM sur les procédés de production d’hydrogène.

·         Une proposition hors EURATOM sur les matériaux soumis à de forts chargements.

D’autre part, par l’intermédiaire du programme « énergie » du CNRS, il serait  intéressant de renforcer les collaborations sur les procédés de production d’hydrogène et sur les matériaux soumis à de fortes contraintes (points 4 et 5).

 

 

Dans le domaine de la transmutation, l’actuelle coordination CEA –CNRS permet de disposer de proposition cohérente :

·         Disposer d’un projet sur les données de base, inclus ou non dans ADOPT mais en liaison forte dans tous les cas avec ADOPT.

·         Poursuivre l’étude des 2 caloporteurs pour le PDS-XADS avec des propositions expérimentales de type technologique.

·         La mise en perspective de la transmutation par des études de scénarios.

·         Une recommandation pour que les différents programmes concernant la transmutation  soient organisés en liaison étroite avec ADOPT dans un ou deux projets intégrés.

 


3 - Atelier Grenoble 3 et 4 décembre 2002 – Bilan des recherches en 2002

 

L’ensemble des actions soutenues par GEDEON en 2002 a fait l’objet de présentations pédagogiques, claires et de qualité.

 

a - Physique de la spallation et données nucléaires associées

  • De très larges progrès dans les données et la modélisation entre 200 MeV et 1 GeV.
  • Entre 20 et 200 MeV, les données seront finies d’être acquises en 2003, mais la modélisation rencontre quelques difficultés pour la prédiction de la production des particules composites ( d,t,He).

 

b - Données nucléaires E < 20 MeV

  • Le programme n-TOF a effectivement démarré (bonnes performances de l’installation, difficultés d’approvisionnent cibles).
  • Les programmes spécifiques Mini-Inca sur A.M. et par réactions nucléaires indirectes se révèlent très porteurs.

 

3 - Études neutroniques

  • MUSE : Le programme se déroule avec quelque retard. Seules les configurations critiques et très faiblement sous-critiques ont été étudiées en détail. L’année 2003 devrait voir se réaliser les expériences les plus significatives en situation  de sous-criticité  telles que 0.97 et 0.95. (contrôle de réactivité).
  • PEREN : La plateforme d’études neutroniques est en cours de construction et devrait être démarrée mi 2003.
  • Etudes de scénarios.

 

4 - Matériaux

  • Comportement et fragilisation du T91 en présence de Pb-Bi.
  • Mécanismes de la fragilisation, films intergranulaires nanométriques.
  • Transition ductile fragile induite par M. L.
  • Coefficient de diffusion de métaux dans les alliages de plomb fondus.

 

- La maîtrise de l’oxygène semble acquise (mesure ajustement).

- Les mécanismes de fragilisation gagneraient à être testés dans des conditions relativement réalistes d’utilisation avec contrôle d’oxygène, régulation de température, contrainte mécanique, avec des durées importantes, etc.

- Il faudrait voir si cela pourrait être mis en place dans le cadre du 6ème PCRD (liaison avec le programme PDS-XADS).

 

5 - Accélérateur (en relation avec PDSXADS)

  • Grand progrès sur la définition du couplage accélérateur, réacteur.
  • Développements tests en cours sur les cavités supra faible b
  • Étude conceptuelle de fiabilité
  • Poursuite du programme IPHI qui sera testé pour démonter la fiabilité de la source en 2003.